Présentation de l’AICRI

L’Académie Internationale des Centres de Recherches Interdisciplinaires (AICRI), se dégage de toute appartenance politique, religieuse, tribale ou syndicale. Sa raison d’être est l’émulsion de collaborations de recherche entre les chercheurs de divers pays, ayant diverses sensibilités et différents bagages culturel, social, et scientifique en vue de produire des connaissances interdisciplinaires et comparatives.

Forte de ses partenariats avec des centres et des chaires de recherche de réputation internationale, l’AICRI accueille bénévolement dans son enceinte ou via skype de jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes professeurs). Elle leur offre l’opportunité d’échanger avec des chercheurs chevronnés reconnus pour la qualité de leurs publications ou pour leur rôle en tant qu’éditeur ou évaluateur pour diverses revues, conférences, ou organismes subventionnaires, mais aussi d’assister à certains séminaires dispensés gratuitement dont des séances de formation axées sur la méthodologie de la recherche, sur les règles éthiques en publication, sur les dangers du plagiat, ou sur la stratégie de rédaction et du choix de la revue pour améliorer les chances de publier ses travaux.

Plus précisément, la mission de l’AICRI s'articule autour des quatre axes suivants:

Recherche : Catalyser une collaboration de recherche sur le long terme entre le monde académique, celui des affaires et celui d’autres parties prenantes et ce, en vue d’identifier des problématiques pertinentes voire cruciales pour le développement économique, social ou environnemental des pays émergents francophones. De plus, grâce aux partenariats entre l’AICRI et divers laboratoires et chaires de recherche reconnus internationalement, leurs chercheurs et les jeunes chercheurs et doctorants prioritairement des pays émergents francophones, mais aussi ceux de la zone MENA ou de l’Afrique de manière inclusive, auront l’opportunité d’échanger, voire de collaborer et de conduire des recherches, de co-diriger des doctorants et de diffuser conjointement leurs travaux. À ce titre, l’AICRI est une plate-forme, un «hub», de transfert, de partage et de production de connaissances réalisés grâce à une collaboration entre des chercheurs aguerris et de jeunes chercheurs de divers pays (Canada, Maroc, France, Écosse, Espagne, Tunisie, Côte-d’Ivoire, Mali, Haîti, VietNam etc.), des entrepreneurs, des gestionnaires, des fonctionnaires, des syndicats, des associations, des ONG, des investisseurs et d’autres parties prenantes. La richesse de ces échanges conduira inéluctablement à des recherches de qualité indéniable qui mériteront d’être partagées par le biais de divers canaux.

Diffusion des recherches : Il importe pour les jeunes chercheurs de développer leurs habilités à publier leurs travaux dans des revues reconnues. Pour ce faire, l’AICRI s’est donné comme mission d’accompagner ces jeunes chercheurs pour mieux comprendre et mieux se préparer pour ce long processus de diffusion des connaissances. Un premier vecteur utilisé est la création des «cahiers de recherche», ou «working-paper» de l’AICRI. Les chercheurs pourront soumettre leurs travaux, bénéficier de commentaires et suggestions visant à enrichir et améliorer la qualité des papiers et à franchir une étape préalable à leur soumission à des conférences ou des revues reconnues. En aucun cas l’AICRI ne demande aux auteurs de renoncer à leurs droits d’auteur et ils auront la possibilité de soumettre leurs travaux à des revues et conférences sans tomber dans l’auto-plagiat ou le non-respect des règles d’éthique qui gouvernent le monde scientifique. Reconnaissant les particularités et le niveau de maturité des doctorants, une catégorie spéciale de publications leur est réservée. À cette diffusion à partir du site de l’AICRI et des sites des laboratoires et centres partenaires, s’ajoutent d’autres modèles de diffusion, dont la co-organisation de conférences et d'ateliers en lien avec les travaux de recherche des membres et la publication ponctuelle d’un numéro spécial d’une revue ou encore d’un collectif.

Formations : Contribuer à la consolidation des connaissances des jeunes chercheurs par le biais de séminaires offerts bénévolement par des chercheurs aguerris et ce, soit sur le site de l’AICRI, soit par skype. À ces séminaires sont adossés des Masters (en Management et la RSE ; et en Management de projets) de l’Université de Haute Alsace qui offrent l’opportunité à des bacheliers ayant une expérience exceptionnelle, à étudiants d’universités publiques de poursuivre en parallèle une formation conduisant à un diplôme de Master français. De plus, grâce à un calendrier fixant les dates des enseignements, le lieu inspiré des programmes nord-américains, et grâce à un corps professoral et une pédagogie orientée sur le pragmatisme, les cadres et fonctionnaires sauront y trouver l’occasion d’enrichir leurs connaissances et de bonifier leur carrière. Conscients de la vulnérabilité financière de certains étudiants/employés brillants des pays émergents francophones, africains ou encore de la zone MENA, l’AICRI et ses partenaires sélectionnent un certain nombre de candidats qui se distinguent par leurs capacités et le degré de leur vulnérabilité, et soumettent leur candidature à une aide financière. Finalement, reconnaissant la rapidité de l’évolution technologique, sociale et économique, l’AICRI propose des séries de formations pour les gens des milieux associatif, des affaires, municipaux et pour les fonctionnaires sur les enjeux actuels et ceux qui pourraient émerger dans le futur : la responsabilité sociale des entreprises, la reddition des comptes, la communication de la démarche RSE, la gestion des ressources humaines dans un contexte interculturel ou intergénérationnel, l’adaptation des politiques régissant le tourisme et du réseau hôtelier au vieillissement des visiteurs étrangers….

Encourager l’excellence: Nul ne nait chercheur, il le devient à force de soif de connaissances, quête du savoir, quête de l’amélioration et du progrès, de persévérance, d’originalité, d’humilité, d’un travail rigoureux et pertinent et enfin de passion et de partage. Pour ces raisons, en plus de soutenir les chercheurs et de les accompagner dans la consolidation de leur capacité de mener une recherche de manière autonome et indépendante, l’AICRI en partenariat avec le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR), et grâce au financement octroyé par Bâtirente (fonds de gestion de retraite, Québecois, Canada), de Vigéo (agence de notation sociale et environnementale des entreprises), de la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc), récompense la recherche (article publié ou thèse de doctorat soutenue dans les 3 dernières années) qui contribuerait aux yeux des investisseurs à mieux appréhender certains enjeux sociaux, environnementaux ou de gouvernance. Ces recherches, qui ne se limitent pas aux recherches en finance, mais qui pourraient embrasser des disciplines telles que la chimie (dans un contexte où la recherche aiderait à démystifier des croyances ou convictions environnementales, par exemple), l’économie, le marketing, le droit et la recherche dans toute discipline qui permettrait d’évaluer de manière plus réaliste et durable le rendement et le risque d’un investissement.